De loin en loin l'un me lâche... 
De loin en loin l'un me lâche
trouvée la crypto-secte de sa
véoïixe-véoïyeu
Ouf !
Bah oui, bonne roote !
Mise en ligne : vendredi 7 février 2014, 07:39
Classé dans : 2014  |  Épigrammes
Commenter   |  permalienk

Quelquefois je n’ai rien à faire... 
Quelquefois je n’ai rien à faire
alors je mets à ronronner la Clepsydre à Café...
Quelquefois mon temps coule trop seul ;
je glisse une tartine de son dans le Taostier à Cassettes...

Ou je fixe de l'encre sur du papier
en longues traînées
auxquelles je donne forme d'idées...

Du moins j'y verrais, moi, des idées... [suite...]
Mise en ligne : vendredi 27 décembre 2013, 12:11
Classé dans : 1992  |  Causeries
Commenter   |  permalienk

Au Cimetière Montmartre... 
Au Cimetière Montmartre
sous le Pont Caulaincourt
il y a un genre de remise
où s’entreposent
toutes sortes d’outils
et des poubelles des tombereaux
remplis de terre surtout
parfois de fleurs
de feuilles sèches ou trempées
et bien sûr les diverses ordures
boîtes de soda…
une fois j’y ai vu un os… [suite...]
Mise en ligne : samedi 21 décembre 2013, 09:53
Classé dans : 2000
Commenter   |  permalienk

Dieu est fou 
    Le jour où je vis son père, je compris. Sur le moment je fus tout à fait choqué qu’elle ait même osé me le montrer. Il me fallut quelques jours pour me faire à l’idée de l’existence d’un tel homme – comme à elle, sans doute, il avait fallu toute une jeunesse, autant dire toute une vie.
    [suite...]
Mise en ligne : mardi 17 décembre 2013, 12:52
Classé dans : 1993  |  Le malétant
Commenter   |  permalienk

De bouche à oreille... 
    De bouche à oreille on apprend la naissance des enfants. Les tortionnaires de linges sont les premières levées à l’aube. Les amoureuses professionnelles sont les premières levées au crépuscule.
    Et de bouche à oreille se répand par le monde le nom de l’enfant.
    Mais le frigoriste de la morgue apprend toujours tout après tout le monde. [suite...]
Mise en ligne : samedi 7 décembre 2013, 11:23
Classé dans : 1989
1 commentaire   |  permalienk

Elle attend son enfant... 
Elle attend son enfant
et j’attends la mort
Elle attend de moi un enfant
et je ne le sais pas encor
J’ai pourtant si longtemps
attendu l’amour

Nous étions allé ensemble
chez le spécialiste du cul
Le docteur a dit Des êtres tels que celui-ci
dans vingt ans au monde il n’en naîtra plus
L’avenir est plein d’espoir
La science aura vaincu
Ce docteur était bel homme
Elle ne m’aime plus

[suite...]
Mise en ligne : lundi 2 décembre 2013, 15:49
Classé dans : 1991
Commenter   |  permalienk

La découverte de l’Amérique avec cinq cents ans de retard 
    27 novembre 1991 - Je suis à nouveau bien seul, puisque Laurence m’a abandonné et que je ne tenais qu’à elle. Je vais bientôt découvrir l’Amérique (avec cinq cents ans de retard… dire l’état dans lequel je vais la trouver…) Oui tout cela est bien triste. Qui voudrait que je meure ?
    Juste un effroi momentané. Hier j’étais tout content. Demain je redeviendrai mon imbécile heureux. Les gens ne peuvent pas me comprendre. S’ils me comprenaient ce serait leur fin. Peut-être. Les gens ne connaissent pas le pays où je vis. Pour eux il y fait trop froid pour vivre. [suite...]
Mise en ligne : lundi 2 décembre 2013, 15:41
Classé dans : 1991  |  Traces
Commenter   |  permalienk

Marie-Thérèse Ragout... 
Marie-Thérèse Ragout
ne veux pas devenir mon amour
Elle est belle comme le jour
Elle est conne comme tout

Ménagez les ménagères
Étagez les étagères
Avalez votre bouillie
et ravalez votre bouille

Chère amie Marie-Thérèse
Marie-Thérèse Ragout
qui me trouvez mal à l’aise
et pas du tout à votre goût
Mise en ligne : dimanche 1 décembre 2013, 11:59
Classé dans : 1989  |  Le malétant
Commenter   |  permalienk

Entre la terre et moi ... 
Entre la terre et moi dans la chambre où nous dormions
dans la chambre où avait été créé le monde pour moi
et où nous dormions
mes deux sœurs nos deux vieux et moi

Entre la terre battue et moi
pas grand chose mais
tout de même
une couche de balatum

Une espèce de tapis en plastoque
entre la terre et moi
pas grand chose
une couche de balatum

Pas grand chose cependant
je n’ai jamais réussi à l’enlever
à déshabiller mon corps de sa
cape de balatum
Mise en ligne : vendredi 15 novembre 2013, 18:27
Classé dans : 2001  |  Héritage des P
2 commentaires   |  permalienk


« · 7 · 8 · 9 · 10 · 11 · 12 · 13 · 14 · 15 · 16 · » »|