Sonnet 
En Irlande où je mange d'ultimes biscottes
Ayant claqué mon fric à me saouler la gueule
En des pubs surpeuplés où j'étais pourtant seul
Et saoulé mes tympans de musiques discotes

Je reste au plumar ceû qui au moins tout risque ôte
D'effusion monétaire et je lis au lit seul
La théory du quatorzain français vu d'Hull
(England) par un certain Euh... David H.T. Scott

À Dublin où je gringue en fait du chocolat
[suite...]
Mise en ligne : dimanche 30 octobre 2011, 06:47
Classé dans : Enfance du N  |  1986 et avant
Commenter   |  permalienk


« · 23 · 24 · 25 · 26 · 27 · 28 · 29 · 30 · 31 · 32 · » »|