Poème pour beaucoup pleurer 
Dans un verger d'oranges
Être soi-même la plus belle orange
Dans son écorce d'orange
Être caressée de la main par la cueilleuse d'oranges
Être humée
Par le vent des tropiques
N'en avoir que faire mais se savoir contenir toute
La divine substance

(3 novembre 1997)

Classé dans : Lirismes  |  1997
Commenter   |  permalienk


« · 25 · 26 · 27 · 28 · 29 · 30 · 31 · 32 · 33 · 34 · » »|