Se garder dans le miroir 
    Je ne m'étais jamais regardé. Quand vous, qui êtes un peu des miroirs, avez fini par avoir la franchise de me montrer l'air que j'avais. L'air con.
    De suite je fus me présenter au miroir encadré de plastique de ma mère : je n'ai pas trouvé.
    Mais vous m'avez avancé les preuves photographiques. J'avais en effet l'air con.

    Le phénomène qui m'avait trompé a pour nom feedback. Quelques millisecondes après s'être aperçu, on s'est déjà recontrôlé, on s'est déjà inconsciemment resculpté un masque aux belles rides et au regard intelligent.

    J'en viens aux résultats thérapeutiques que j'attends de l'exercice spirituel de se regarder dans le miroir, «·se garder dans le miroir·». Pendant que ma voisine fait du yoga, que ma petite amie se maquille et que son amant lutte avec le punching-ball, une heure chaque matin, je me garderai dans le miroir. Et ce sera un vingt-quatrième de journée pendant lequel je n'aurai pas l'air con.

    J'espère ainsi, à la longue, prendre l'habitude de ressembler à ce beau garçon sympathique, intelligent et sûr de lui qui se promène dans ma tête comme je déambule dans la ville.

    Me mettre sous auto-surveillance. Puisque les yeux des autres généralement mentent, et que je suis si souvent seul. Être seul c'est bien, mais il faut se surveiller. Narcisse a eu bien fait de pencher sa soif sur l'image de ses lèvres. Y aurait-il manqué qu'il ne saurait toujours pas aujourd'hui... que depuis toujours il est mort.

(Kuala Lumpur, 22 décembre 1988)

Mise en ligne : lundi 4 février 2013, 09:12
Classé dans : Off Ze Road  |  1988

Commentaires 

Citer sur un « site social »


 
 
 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale : « » Ç œ Œ