Dans la fourmilière 
    Hier à la radio, il y avait une chômeuse de 58 ans, qui avait « perdu son emploi » à 50, et qui pleurait... Ça m'est difficile à comprendre, pourtant c'est comme ça. L'individu est lié à la société. Si elle ne lui donne pas son poste débile, l'individu déprime, se sent poussé hors la ruche par les camarades fourmis, et meurt. Les seuls individus qui peuvent supporter l'inactivité sont les forts, ceux qui sont nés avec une cuillère d'argent dans le cerveau. Les autres sont enchaînés à la roue sociale. Les smicards, les RSA-istes, on leur donne juste ce qu'il faut pour être humiliés. On aura beau augmenter le SMIC, le RSA, de nouveaux besoins consuméristes se créeront pour que les gens qui les touchent se sentent humiliés.
Mise en ligne : lundi 1 février 2010, 13:12
Classé dans : 2009  |  Causeries

Commentaires 

Citer sur un « site social »


 
 
 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale : « » Ç œ Œ