Tu n'écoutes pas 
Tu n'écoutes pas
Ce qu'on te dit
Tu écoutes le bruit
Et les cris ...

Les gens te disent folle
Où tu es de passage
Parfois tes pas t'engagent
Derrière ma vieille école ...

J'attendrais au bord
De la route où tu passes
Dans la poussière
Dans la bouillasse ...

La ville est très vieille
Où tu as fait ta vie
Mais tu crains que ta veille
Ne demeure in-finie

Tu n'as pas de sommeil
Tu n'as pas de famille
Pourtant tu es pareille
Au matin qui reluit

Je t'avais trouvée gaie
Dans un petit matin
Et depuis je vais
J'emmène ta main

Même si tu es
De plus en plus loin
Toujours je serais
Ton coupeur de pain

(Jeudi 22 avril 1993)

Mise en ligne : vendredi 9 mai 2008, 10:39
Classé dans : Singes sous la pluie  |  1993

Commentaires 

Citer sur un « site social »


 
 
 

Ajouter un commentaire

Remplissez ce formulaire pour ajouter votre propre commentaire.









Insertion spéciale : « » Ç œ Œ